Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 novembre 2012 4 08 /11 /novembre /2012 12:49
journaux012
LA CHAUSSÉE-TIRANCOURT Derniers jours à Samara

Courrier Picard du jeudi 8 novembre 2012

 

Faire du feu à partir d'amadou, de silex et de paille reste, pour les enfants, une des animations à succès les plus fascinantes proposées par le parc archéologique.Le parc archéologique fermera ses portes demain pour les rouvrir le dimanche24mars prochain avec, déjà, une rencontre attendue entre une légion romaine qui viendra de la cathédrale d'Amiens et des Gaulois qui remonteront le fleuve Somme depuis Pont-Rémy sur une embarcation d'époque...lire la suite

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2012 2 06 /11 /novembre /2012 17:05

 

journaux012

 

 

Coisy. Diagnostic sur 3 ha, préalablement à l’aménagement d'un lotissement

(L. Blondiau, Inrap, 2012).

 

Le site est localisé sur un versant.

 

*Une occupation datée du Bronze final IIIb – Hallstatt ancien est caractérisée par de probables lambeaux de fossés, des trous de poteaux correspondant à deux noyaux d'habitat et des fosses.

 

*Un enclos du Hallstatt final/La Tène ancienne est matérialisé par un fossé interrompu par une ouverture large de 6 m. Une fosse et un puits appartiennent également à cette phase chronologique.

 

coisy.JPG

Entrée de l'enclos. Cl. Inrap

 

*Une occupation dont les limites est et nord ont pu être reconnues couvre une superficie de 3250 m². Une première phase augustéenne est matérialisée par un parcellaire régulier orienté sud-ouest/nord-est délimitant des parcelles larges de 15 m subdivisées en parcelles d’environ 4 m de large. Elles abritent des constructions sur poteaux, parmi lesquelles un bâtiment à six poteaux (17,5 m²) a pu être relevé. Dans une seconde phase, qui perdure jusqu’au milieu du Ier s., une construction en petits moellons de craie et une hypothétique cave sont installées en bordure d'un fossé. La faune et la céramique recueillie témoigne d'un habitat localisé à proximité. On y relève notamment des céramiques d’importation tel un gobelet de type « Beuvray » et des amphores italiques et peut-être aussi rhodienne.

 

coisy2.JPG

Bâtiment appareillé en moellons. Cl. Inrap.

 

 

*Un habitat médiéval occupe de nouveau l’espace à proximité de l’église et du coeur du village actuel. Il s’installe entre les occupations protohistorique et romaine sur une superficie de 1500 m². Un bâtiment sur 5 sur poteaux porteurs occupe la partie nord, au sud une maison est entourée d’un foyer, de fosses dépotoirs et d’un puits ou latrine.

 

coisy3.JPG

Puits ou latrine. Cl. Inrap.

 

Source : Tahar Benredjeb, Carte Archéologique de la Gaule, département de la Somme, à paraître.

Partager cet article
Repost0
2 novembre 2012 5 02 /11 /novembre /2012 09:35

journaux012

Guignemicourt. Diagnostic sur 1,1 ha, préalablement à l’aménagement d'un lotissement

(A. Dubois, Service d’Archéologie d’Amiens Métropole, 2012).

 

 

*Une occupation protohistorique est matérialisée par une grande fosse qui se développe hors emprise vers le sud. Outre des silex, son comblement a livré quelques tessons attribués à la fin du premier Âge du fer ou au début de La Tène ancienne..

 

Capture.JPGci.JPG

La grande fosse. Cl. Service d’Archéologie d’Amiens.

 

*Un fossé orienté nord-est / sud-ouest a été suivi sur 40 m. au sud-ouest de l'emprise. Son comblement a livré sondage de la céramique protohistorique. Le niveau supérieur a livré une cruche romaine.

 

*Des trous de poteaux et des fosses ont été découverts au nord de la tranchée 1, ils sont datables du XVIe siècle ap. J.-C. Ces structures semblent témoigner de la présence d’une occupation humaine. Leur organisation, n’a pas pu être clairement reconnue dans le cadre des sondages par tranchée.

 

Capture.JPGcir2.JPG

Trou de poteau. Cl. Service d’Archéologie d’Amiens.

 

Source : Tahar Benredjeb, Carte Archéologique de la Gaule, département de la Somme, à paraître.

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 18:11

journaux012

 

 

Gentelles. Diagnostic sur 1,3 ha, préalablement à l’aménagement d'un lotissement

(M. Derbois, Inrap, 2012).

 

*Une occupation de La Téne moyenne ou finaleest caractérisée par deux fossés de parcellaire d'orientation différentes.

 

Capture.JPGgt.JPG

Fossé protohistorique. Cl. Inrap.

 

Deux petites fosses appartiennent à cette phase. L'une d'elles, qui contenait un dépôt de deux vases, pourrait être une tombe à incinération.

 

gt2.JPG

Incinération ? en cours de fouille. Cl. Inrap.

 

*L'un des fossés laténiens est doublé par un fossé rectiligne orienté O-NO/E-SE qui a été suivi sur plus de 98 m. Il présente des traces d’entretien et de curage. Son comblement a livré des concentrations de matériaux de construction (moellons de pierre calcaire et nombreuses tegulae)qui suggèrent la présence d'une probable villa dont les bâtiments se situent hors emprise. La céramique s'étale du milieu du Iersiècle au milieu du IIIesiècle ap. J.-C. Une pointe de flèche en fer a également été recueillie. Ce fossé est contemporain d'une petite fosse et d'un lambeau de sol.

 

gt3.JPG

Fossé gallo-romain. Cl. Inrap.

 

Source : Tahar Benredjeb, Carte Archéologique de la Gaule, département de la Somme, à paraître.

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2012 2 02 /10 /octobre /2012 23:12

journaux012

Les ex-voto de Mesnil-Saint-Nicaise
Publié le lundi 1 octobre 2012 sur le site de l'INRAP · Mis à jour le lundi 1 octobre 2012

Visite du site avec Aurélie Rousseau, responsable d'opération, Inrap, Jean-marc Féménias, Association Archéopuits, Blandine Lecomte-Schmitt, xylologue, Inrap, William Van Andringa, archéologue, professeur d'histoire ancienne, Université Lille 3
Un sanctuaire gallo-romain (fanum) a été découvert sur les communes de Nesle et de Mesnil-Saint-Nicaise (Somme). Deux puits ont été fouillés à ses abords.
Les objets découverts dans le premier puits, datés des IIe-IIIe siècles de notre ère, sont des offrandes, probablement pratiquées par quelques pèlerins en vue d’écarter le mal, d’implorer guérison ou fertilité, en s’attirant la faveur des dieux... 
Le second puits livre lui aussi quantité d’objets dont un grand mortier en céramique sur lequel est gravée une dédicace qui indique qu’Apollon était un des dieux honorés dans le temple.
video.JPG
Pour voir la vidéo cliquez ici sur l'image (document INRAP)
Partager cet article
Repost0
23 septembre 2012 7 23 /09 /septembre /2012 10:45

journaux012

Le Journal de Ham - 22 septembre 2012

Mesnil-saint-Nicaise/Nesle : Des ex-voto dédiés à Apollon ont été retrouvés
Un mortier avec une dédicace à Apollon a été retrouvé dans le deuxième puits.

Le sites de fouilles archéologiques, sur le tracé du canal à grand gabarit, ont permis de faire de grandes découvertes.

Récemment, une équipe de l'Inrap a découvert un fanum ou sanctuaire gallo-romain situé sur les communes de Nesle et de Mesnil-Saint-Nicaise ainsi que deux puits à ses abords à l'occasion des fouilles archéologiques sur le tracé du canal. Après avoir fouillé le premier, le deuxième puits est en cours de fouille par la société Archéopuits. « Leur fouille révèle aujourd'hui un remarquable ensemble d'objets à caractère votif dont d'exceptionnels bois sculptés rappelant des découvertes réalisées anciennement en Auvergne et en Bourgogne », explique-t-on à l'Inrap.
Au printemps dernier, la fouille du premier puits a permis de mettre à jour des objets datant des II et IIIe siècles après Jésus-Christ, principalement des offrandes. Parmi ses offrandes, des sculptures anatomiques en bois, représentant des jambes. Selon les chercheurs, ce sont des « ex-voto rarissimes (ndlr : offrandes faites à un dieu en demande d'une grâce)». Dernièrement, un mortier avec une dédicace à Apollon a été retrouvé.

 

cameraman Vidéo : Cliquez sur l'image

ham.JPG

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2012 2 18 /09 /septembre /2012 18:23

journaux012

 

DEUX PUITS REVELENT L'EXISTENCE D'UN CULTE DEDIE A APOLLON

 

Courrier Picard - dimanche 16 septembre 2012

 

Les archéologues multiplient les découvertes remarquables lors des fouilles liées au canal Seine-Nord.

Près de Nesle, statuettes et offrandes attestent l'existence d'un culte...

 

Capture.JPGcp169.JPG

 

Pour voir l'article cliquez ici

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2012 7 16 /09 /septembre /2012 18:58

journaux012

 

COURRIER PICARD

Dimanche 16 Septembre 2012

MESNIL-SAINT-NICAISE Deux puits révèlent l'existence d'un culte dédié à Apollon
La spécialiste du bois présente une jambe sculptée dans une branche.

La spécialiste du bois présente une jambe sculptée dans une branche.

Les archéologues multiplient les découvertes remarquables, lors des fouilles liées au canal Seine-Nord. Près de Nesle, statuettes et offrandes attestent l'existence d'un culte.

 

Au creux d'un vallon, en plein champ à Mesnil-Saint-Nicaise, près de Nesle, un trou de 15 mètres de profondeur. L'eau y est pompée en permanence, qui sourd de la nappe phréatique.

C'est des entrailles de la terre, du fond de deux puits de l'époque gallo-romaine, que l'Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) vient d'exhumer, dans une minutie fiévreuse, des vestiges qualifiés de « remarquables ».

Il s'agit de nombreux objets en céramique en très bon état de conservation (grâce au milieu humide) : des statuettes de chevaux, bœufs et oiseaux ; une déesse mère allaitant deux enfants ; un personnage protecteur assimilé à un dieu, Risus, représenté sous la forme d'un enfant chauve arborant un sourire forcé.

Parmi les pièces qui émerveillent d'emblée les scientifiques figure un grand mortier (vasque, bassin) sur lequel est gravée une dédicace au dieu Apollon. Un certain Iunianus aurait fait cette offrande, entre les Ier et III e siècles après-Jésus-Christ.

Plusieurs dieux honorés

«Vu la diversité des offrandes, précise William Van Andringa, spécialiste des religions romaines, on peut avancer que plusieurs dieux étaient honorés à cet endroit. » Une hypothèse à laquelle acquiesce bien volontiers sa collègue xylologue (spécialiste du bois), Blandine Lecomte-Schmitt.

Elle découvre des bois sculptés à caractère votif qui ont été mis au jour la veille. Elle sort avec précaution, de leurs sachets étanches et remplis de liquide, des jambes sculptées, légèrement incurvées.

«Il n'y a que des membres inférieurs, dont un bassin de femme, qui épouse la forme des branches, avec la fourche », indique-t-elle, se réjouissant des analyses à venir.

Ces offrandes, autrement nommées ex-voto, auraient pour fonction d'implorer une guérison, la fertilité et une protection liée à la petite enfance.

Des découvertes similaires n'ont été faites que dans deux autres endroits en France, dans les années 1960 : à Chamalières dans le Puy-de-Dôme et aux sources de la Seine, en Côte-d'Or.

Y avait-il donc, abrité par cette petite colline, un sanctuaire des eaux, apportant la santé ? La réponse pourrait bien être affirmative, renforcée par le temple, de forme carrée à double enceinte, appelé fanum, qui jouxte les deux puits.

Ce chantier est hors du commun, aussi, par sa technicité, explique Marc Talon, directeur de projet pour le canal Seine Nord. L'exploration des puits se fait grâce une société partenaire de l'Inrap, Archéopuits, qui assure la sécurité des archéologues et respecte les exigences scientifiques.

Le sanctuaire aurait été si bien conservé en raison du terrain particulier, ce talweg (point le plus bas d'une vallée). Une chance qu'il se trouve, encore aujourd'hui, en plein champs, car le terrassement en pyramide inversée qu'il a fallu pratiquer pour accéder aux puits sans danger nécessite une grande place (sans parler de l'eau pompée et rejetée alentour).

«Nous n'aurions jamais pu mener un tel chantier en pleine ville », se félicite M. Talon, qui assure que ses équipes sont, sur ce site, «récompensées ».

ANNE DESPAGNE

 

Pour voir l'article cliquez ici

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2012 6 15 /09 /septembre /2012 12:44

journaux012-copie-1

Communiqué de presse de l'INRAP

Des ex-voto dédiés à Apollon au fond de puits à Mesnil-Saint-Nicaise
Publié le 14 septembre 2012 · Mis à jour le 14 septembre 2012

Dans le cadre des recherches archéologiques menées sur prescription de l’État (Drac Picardie) en amont du tracé du canal Seine-Nord Europe, sous maîtrise d’ouvrage de Voies navigables de France, une équipe de l’Inrap a récemment découvert un sanctuaire gallo-romain (fanum) sur les communes de Nesle et de Mesnil-Saint-Nicaise (Somme). À ses abords deux puits ont été identifiés. Leur fouille révèle aujourd’hui un remarquable ensemble d’objets à caractère votif dont d’exceptionnels bois sculptés rappelant des découvertes réalisées anciennement en Auvergne et en Bourgogne.

D’exceptionnels ex-voto

Le premier puits, de 15 mètres de profondeur, a été fouillé durant le printemps 2012. Les objets découverts, datés des IIe-IIIe siècles de notre ère, sont des offrandes, probablement pratiquées par quelques pèlerins en vue d’écarter le mal, d’implorer guérison ou fertilité, en s’attirant la faveur des dieux... Plusieurs sculptures en bois, exceptionnellement conservées et figurant des jambes, illustrent ces pratiques. Ces rarissimes ex-voto anatomiques ne trouvent à l’heure actuelle que deux comparaisons en France : le site des sources de la Seine découvert en 1963 en Côte-d’Or, celui de la source des Roches, identifié en 1968 près de Chamalières dans le Puy-de-Dôme.
Le puits antique du Mesnil-Saint-Nicaise contient de nombreux objets céramiques dont des statuettes d’animaux (chevaux, bœufs, oiseaux), de déesses mères et d’un étonnant personnage protecteur assimilé à un dieu, Risus, représenté sous la forme d’un enfant chauve arborant un sourire contraint. Parmi les nombreux objets métalliques figure une exceptionnelle médaille représentant Luna, déesse de la lune.

Apollon à Nesle et Mesnil-Saint-Nicaise

Actuellement en cours de dégagement, le second puits livre lui aussi quantité d’objets. Parmi eux, les archéologues viennent de mettre au jour, à treize mètres de profondeur, un grand mortier en céramique sur lequel est gravée une dédicace : Deo Apollin(i) / Vatumaro / Iunianus / Iuni fil(ius) / d(e) s(uo) d(edit) (« au dieu Apollon, Vatumarus, Iunianus, fils de Iunus a fait l'offrande à ses frais ») indique qu’Apollon était un des dieux honorés dans le temple.  
Ces remarquables découvertes font-elles de ce site un sanctuaire des eaux, apportant santé et guérison ? Cela semble être le cas, les deux puits fouillés jouxtent le temple antique, en rebord d’un petit vallon.

Au fond du puits, une fouille très particulière

Les puits archéologiques sont toujours difficiles à appréhender. Les deux puits antiques du Mesnil-Saint-Nicaise sont fouillés par la société Archéopuits, spécialisée dans l’excavation de ce type de structures et capable d’allier exigences scientifique et sécurité. Les cinq premiers mètres des puits ont été décaissés par l’Inrap à l’aide d’engins mécaniques ; ils sont alors progressivement vidés de leur terre de comblement, avant d’atteindre le mobilier archéologique, dans leurs huit derniers mètres. Chaque type de mobilier fait ensuite l’objet d’études particulières. Un protocole de conservation a été mis en place pour les plus fragiles, ceux en bois ou en cuir, comme une chaussure cloutée, ou caliga, extraite du premier puits. Les objets en bois seront notamment analysés par un xylologue, qui déterminera les essences des bois utilisés, les traitements subis, etc.

Aménagement

Voies navigables de France

Contrôle scientifique

Service régional de l’archéologie (Drac Picardie)

Responsable scientifique

Aurélie Rousseau

 

Pour voir l'article sur le site de l'INRAP cliquez ici

Partager cet article
Repost0
29 août 2012 3 29 /08 /août /2012 18:20

 

Canalisation de transport de gaz Loon-Plage à Cuvilly « Artères des hauts de France II ». Tronçon II de Béhencourt à Démuin. Diagnostic 2012, N. Deschyer, Inrap.

 

Aubigny

 

Site 27. Le site est localisé en bas de versant. De nouvelles structures sous forme de trous de poteaux essentiellement ainsi que le prolongement du fossé d’enclos attestent de la continuation de l’établissement fouillé en 1997. Il s'agissait d'une occupation de La Tène moyenne caractérisé par un enclos allongé et étroit, de 10,50 m sur au moins 14 m. Quelques structures (trous de poteaux, fosses) se trouvaient essentiellement à l'extérieur de l'enclos. A l'intérieur, seul un trou de poteau avait été relevé mais des installations, aujourd'hui totalement érodées, ont néanmoins pu exister dans cet espace. Une trentaine de vases, parmi lesquels un grand vase destiné au stockage et un pot portant des dépôts externes de matière carbonée, ont été recueillis d'une zone de rejet incluant une partie du fossé et le silo.

 

gaz2.JPG

Trou de poteau. Cl. Inrap.

 

Site 28. Le site est localisé sur la rive méridionale d’un méandre de la Somme. Un trou de poteau appartient à un bâtiment du Néolithique récent/Chalcolithique découvert en 1997. Il était matérialisée par deux trous de poteaux.

 

gaz3.JPG

Trou de poteau. Cl. Inrap.

 

Site 30. Le site est localisé en bas du versant. Les 14 structures repérés sur une longueur de 80 m semblent attester de la présence d'un bâtiment sur trous de poteaux qui pourrait être aménagé à proximité d’un fossé qui marque la limite extérieure ou une partition interne d’un établissement. L’absence de mobilier n'a pas permis de dater le site. Ces vestiges sont à rapprocher des 4 fossés et 2 fosses observés à proximité immédiate lors du suivi de la tranchée du gazoduc en 1997. L'une des fosses avait livré de la céramique de la fin de l'âge du Bronze/1er âge du Fer.

 

gaz4.JPG

Fossés. Cl. Inrap.

 

Villers-Bretonneux

 

Site 31. Le site est localisé sur le plateau. Il est matérialisé, sur 100 m de longueur, par deux fossés et quatre fosses dont une de grande superficie qui pourrait correspondre à l'ouverture d'un puits. La céramique recueillie date du Ier siècle après J.-C.

 

Aubercourt

 

Site 33. Le site est localisé sur le plateau. Un probable silo très arasé a livré une scorie vitrifiée et 20 tessons de la Tène ancienne. Des observations ont été effectuées en 1997 au droit lors du suivi la tranchée du gazoduc. Il avait été relevé un ensemble de structures gallo-romaines comprenant un réseau de fossés, des semelles de craie, un trou de poteau avec calage, une fosse comblée principalement de charbon de bois et d'argile rubéfiée, des fosses et un chemin (de 4 m de large). Ces structures semblent être liées à une villa située une centaine de mètres au nord.

 

gaz5.JPG

Silo. Cl. Inrap.

 

Site 34. Le site est localisé sur le plateau. Une zone d’habitat est matérialisée, sur une centaine de mètres, par deux fossés, un four aux parois verticales avec chambre de chauffe dont la sole est préservée et une fosse. le four a livré 18 tessons datables du Bronze final III/Hallstatt C.

 

four.JPG

Four. Cl. Inrap.

 

Site 35. Le site est localisé sur sur un versant très prononcé. Il est matérialisé, sur 130 m de long, par un fossé et deux fosses dont l'une a livré 5 tessons résiduels du Bronze/Hallstatt.

 

Démuin

 

Site 36. Le site est localisé sur le haut d'un versant. Six fossés ont été mis au jour sur 120 m de longueur. Un des fossés a livré de la faune et 8 tessons d'une même céramique datable du Hallstatt/La Tène ancienne. Un autre de la céramique du milieu Ier à la deuxième moitié du Ier après J.-C. Le site gallo-romain avait été repéré en 1997 au droit lors du suivi la tranchée du gazoduc. Il était matérialisé par quelques fossés, des fosses et un probable séchoir à céréales construit avec des tuiles jointives, disposées verticalement.

 

demuin.JPG

Fossé. Cl. Inrap.

 

Source : Tahar Benredjeb, carte archéologique de la Gaule, à paraître.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de association.ciras.over-blog.org
  • : Diffusion au grand public des résultats de la recherche archéologique, projections de documentaires, conférences, visites de sites et d'expositions, festival du film d'archéologie d'Amiens.
  • Contact

Nouveau site du CIRAS

Le Ciras a maintenant un site Internet pour compléter le blog! Venez nous rendre visite sur

http://associationciras.jimdo.com/

Recherche

cromagnon pt-21

Archives

Les archives du CIRAS

Dans les archives, retrouvez les séances de Cin'archéo, les conférences, les visites d'expositions classées par mois et par années.