Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 janvier 2013 2 15 /01 /janvier /2013 23:13

 

journaux012

 

Thézy-Glimont. Diagnostic sur 4,9 ha, préalablement à l’aménagement d'un lotissement (A. Dubois, Service d’Archéologie d’Amiens Métropole, 2012) puis fouilles d'une première tranche

(Y. Le Bechennec Service d’Archéologie d’Amiens Métropole, 2012)

 

 

En 1968, R. Agache avait détecté deux groupes de substructions gallo-romaines éparses interprétées comme deux villae. A l'ouest, un bâtiment rectangulaire sur fondations de craie à galerie de façade était visible. A l'est, les vestiges étaient plus difficiles à interpréter. Les prospections effectuées par J. Guéquière (C.I.R.A.S.) en 2004 ont montré que ces deux sites étaient inclus dans un ensemble beaucoup plus vaste, étendu sur plusieurs centaines de mètres de long, en bordure de l'Avre. Après un diagnostic préalable à l'emplacement de la zone ouest, une fouille complémentaire a porté sur le secteur occidental de l'emprise étudiée.

 

Au nord-est, une occupation latènienne, à probable vacation spécifique, est principalement matérialisée par un enclos quadrangulaire (2045 m²) ceint par un fossé large de 2,40 à 2,70 m. La partie interne de l’enclos renferme une série de fosses et de trous de poteaux qui, pour certains sont attribuables à la Tène moyenne. Le comblement a livré entre autre des ossements de chevaux et du matériel associé au domaine militaire datable, par la stratigraphie et par un mobilier peu abondant, des années 280-125 av. n. è.


tg.JPG

Le fossé de l'enclos. Cl. Service d’Archéologie d’Amiens Métropole

 

La limite ouest de l'emprise du diagnostic, localisée à environ 160 m de l'enclos, est marquée par un long fossé orienté nord-est/sud-ouest. Celui-ci s’aligne sur le fond d’un petit relief nommé « vallée de Corbie », entre plusieurs voies de circulations naturelles, à portée de vue de la voie romaine. Bordant le fond de vallon, une série de fosses accueillent des animaux (équidés, bovidés et porcs) non consommés. Dans les trois plus grandes, qui dépassent les 6 m, ils sont déposés au côté de trois individus masculins. L'un d'entre eux est déposé sous un porc et sur le dos, les autres sont déposés sur le ventre et sous des bovidés ou des équidés. Equidés et bovidés sont tous orientés la tête vers l’Avre. Ces fosses sont datées par la stratigraphie et par un mobilier peu abondant de la Téne moyenne. Elles voisinent avec les vestiges d’un habitat groupé ouvert à probable vocation artisanale de la transition La Tène B/C1. Les zones rituelles, enclos et lignes de fosses pourraient constituer des espaces publics liés a cet habitat.

 

tg2.JPG

fosses à offrandes qui associe des annimaux d'élevages et un humain
dans un effet volontaire de cortége. Cl. Service d’Archéologie d’Amiens Métropole


L'occupation gallo-romaine couvre essentiellement les Ie-IIIe s. de notre ère. Le bâtiment repéré par R. Agache recoupe le nord-est de l’enclos. Ouvert à l'est, couvrant 243 m², il est composé de quatre salles longées au sud par une galerie de façade flanquée à l'est par un pavillon d’angle.

 

tg3.JPG

Les fondations du bâtiment gallo-romain. Cl. Service d’Archéologie d’Amiens Métropole

 

Plusieurs fossés d'orientation différente, suivis sur plusieurs dizaines de m, structurent l'espace. Au sud-ouest, un fossé doublant le fossé laténien structure un habitat matérialisé par un puits, quatre caves et des fosses destinées à entretenir les fossés antérieurs. Une des caves est remarquable. Construite en blocs de craie liés à la terre, elle a été dès son origine, dans la seconde moitié du premier siècle, prévue pour accueillir un four à pain de belle taille. Son comblement a livré une pelle à feu en fer de plus de 1,20 m de long qui traduit pour le moins une activité soutenue. Une seconde cave, non maçonnée, est équipée d’un puissant système de fondation à pan de bois. Elle pourrait avoir accueilli un moulin dont les meules ont été retrouvées à proximité.

 

tg4.JPG

Cave avec four domestique. Cl. Service d’Archéologie d’Amiens Métropole

 

Source : Tahar Benredjeb, Carte Archéologique de la Gaule, département de la Somme, à paraître, 2013 et renseignements Yves Le Bechennec..

Partager cet article
Repost0

commentaires

Y
bonjour
quelques petites rectification a ce texte qui a le mérite de sortir vite et de ce fait les inconvéniants.
la datation de l'enclos est trés fragile et il est plus prident de considérer qu'il date de La téne moyenne et plus précisement de la Téne C et D1 avec peut être du mobilier résiduel la téne B aux
abords.
la relation entre les fosses romains et le groupe de cave est actuellment en cours d'étude le mobilier étant au lavage.
enfin les fossses d'habitat de la téne moyenne livrent un mobilier nombreux en particulier un gros volume d'ossements de moutons associé a des poids pour le tissage.
Répondre

Présentation

  • : Le blog de association.ciras.over-blog.org
  • : Diffusion au grand public des résultats de la recherche archéologique, projections de documentaires, conférences, visites de sites et d'expositions, festival du film d'archéologie d'Amiens.
  • Contact

Nouveau site du CIRAS

Le Ciras a maintenant un site Internet pour compléter le blog! Venez nous rendre visite sur

http://associationciras.jimdo.com/

Recherche

cromagnon pt-21

Archives

Les archives du CIRAS

Dans les archives, retrouvez les séances de Cin'archéo, les conférences, les visites d'expositions classées par mois et par années.