Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 mars 2011 3 23 /03 /mars /2011 18:08

 

logo CIRASVendredi 1er avril 2011 : Lascaux, un nouveau regard

 

  lascaux

 

CIN’ARCHEO vous convie à une séance le vendredi 1er avril (20 h 30) à la DRAC (Salle Robida, 61 rue Saint-Fuscien). A l’occasion de cette séance sera diffusé “Lascaux, un nouveau regard”, documentaire de 52’ réalisé en 2008 par Jacques Willemont et produit par Les Auteurs Associés.

 

prehistoire (11)

Nous sommes en 1940, à la fin de l’été. Rien n’incitait alors à détourner son attention des événements dramatiques qui marquèrent cette période. Pourtant, en Dordogne, une découverte archéologique majeure allait un temps attirer tous les regards. A mi pente de la colline qui domine au sud la localité de Montignac, s’ouvrait un trou de renard, entrée possible d’un souterrain qui, selon la légende locale, devait conduire au manoir de Lascaux. La première tentative d’exploration de cette cavité fut le fait d’un jeune apprenti garagiste, Marcel Ravidat. Faute de moyens plus adaptés, il dut remettre cette opération. Quatre jours plus tard, le jeudi 12 septembre, il revint sur les lieux avec trois autres jeunes de la commune, Jacques Marsal, Georges Agniel et Simon Coencas. L’orifice de l’anfractuosité fut élargi et Marcel se glissa dans une petite cheminée verticale. Il prit pied sur un cône d’éboulis qu’il dévala jusqu’en bas. Les trois autres complices le rejoignirent. A la lueur d’une lampe fabriquée dans la hâte, ils traversèrent une salle d’une trentaine de mètres de long. C’est à la faveur d’un resserrement de la galerie qu’ils aperçurent les premières peintures de l’actuel diverticule axial. Ils parcoururent ainsi l’ensemble des ramifications de la cavité, les parois révélant un fantastique bestiaire. La “chapelle Sixtine de l'art pariétal», l'une des plus importantes grottes ornées paléolithiques par le nombre et la qualité esthétique de ses œuvres entrait ainsi dans l'histoire. Elle correspond à l'émergence en Europe, il y a un peu plus de 35 000 ans, d'une espèce humaine nouvelle : les Homo sapiens sapiens, les hommes modernes, c'est-à-dire Nous.  Le plafond du Diverticule axial

 

Le documentaire nous emmène sur les pas des premiers découvreurs de Lascaux et nous fait pénétrer dans la grotte originelle fermée au public depuis plus de 40 ans. Surtout, il nous offre une lecture originale, rigoureuse et scientifique, une lecture qui incite à en savoir plus, à laisser libre cours à l'imagination. Quatre questions fondamentales seront régulièrement posées : Que voit-on exactement ? Que sait-on réellement ? Que croit-on voir aussi ? Et, surtout, que croit-on savoir ?

Rotonde - le premier taureau

 

Jacques Willemont, qui nous fait le plaisir d’assister à cette projection, répondra aux questions des spectateurs.

 

 

Pour en savoir plus...

http://www.lascaux.culture.fr/#/fr/00.xml

 

 

 

 

 

Prochaine séance : vendredi 6 mai 2011, Le donjon de Vincennes, les coulisses d'une restauration

Partager cet article
Repost0
23 février 2011 3 23 /02 /février /2011 19:13

CIN’ARCHEO

Aux origines....


CIN’ARCHEO vous convie à une séance le vendredi 4 mars (20 h 30) à la DRAC (Salle Robida, 61 rue Saint-Fuscien).


Ida, sur la piste de nos ancêtres, documentaire de 52’ réalisé en 2009 par TimWalker, produit par Atlantic productions. Cent cinquante ans après la publication de la théorie évolutionniste de Charles Darwin, la découverte du squelette fossilisé d'un très vieux primate vient compléter notre arbre généalogique. Baptisé Ida, ce «chaînon manquant» a permis d'établir le lien entre les prosimiens — dont descendent les actuels lémuriens — et les hominidés, famille à laquelle l'homme appartient. «Même en rêve, on ne pouvait imaginer qu'un squelette de 47 millions d'années soit si complet», s'extasie Jørn Hurum, le paléontologue norvégien à l'origine de cette trouvaille. Achetée plus d'1 million de
dollars sur une foire de paléontologie et expertisée dans le plus grand secret depuis 2007, cette jeune femelle fossilisée a en faitida été exhumée dans les années 1980, avant d'être coulée dans de la résine et volontairement cachée. Si ce fossile complet à 95 % est aussi remarquablement préservé, c'est parce qu'il a traversé le temps emprisonné sous une couche de boue au fond d'un lac dépourvu d'oxygène et de bactéries, à Messel Pit, en Allemagne. Scanners et reconstitutions en 3D de la créature ont donné la preuve qu'Ida — bien qu'elle possède la silhouette et les pattes des prosimiens — partage certaines caractéristiques avec des espèces de notre lignée, comme la présence d'un pouce opposable et d'ongles. Autre élément capital selon les spécialistes, son astragale — petit os situé au-dessus du pied et qui détermine la bipédie — préfigure celui de l'homme. Ainsi, trois décennies après la découverte de Lucy — notre ancêtre commun avec les singes —, Ida fait des lémuriens nos cousins.


Les chasseurs de l’Age de glace, documentaire de 52’ réalisé en 2009 par Kay Siering, produit par la ZDF. Il y a

12 000 ans, les glaces polaires descendaient jusqu’à la vallée de l’Elbe. Qui vivait alors dans ces régions inhospitalières, où les températures avoisinaient les moins 20 degrés ? La communauté scientifique a longtemps pensé que l’homme ne s’aventurait pas dans de telles contrées. Mais les découvertes effectuées par un certain Alfred Rust, il y a quatre-vingts ans, ont remis en cause ces théories. Cet autodidacte de Hambourg a mis au jour des tentes et des outils remontant à l’ère glaciaire,
qui prouvent une présence humaine. Qui étaient ces êtres qui se risquaient sous ces latitudes glaciales ? Cette question passionne encore les paléontologues qui reprennent les travaux d’Alfred Rust en utilisant les méthodes sophistiquées d’aujourd’hui.


PROCHAINE SEANCE : 1er avril 2011
CENTRE INTERDISCIPLINAIRE DE RECHERCHES ARCHEOLOGIQUES DE LA SOMME
Correspondance : 5 rue Henri Daussy. 80044 Amiens cedex
mel : francoise.payen7@wanadoo.fr

Partager cet article
Repost0
13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 16:27

logo CIRASDans les séances de Cin'archéo, la projection du film est suivie quand c'est possible d'un dévat avec le réalisateur ou l'archéologue qui a dirigé les fouilles.


 

Vendredi 1er avril 2011 : "Lascaux, un nouveau regard" avec le réalisateur Jacques Willemont

 

Vendredi 6 mai 2011 : "Le donjon de Vincennes, les coulisses d'une restauration" avec Jean Chapelot, directeur de recherches au CNRS et conseiller scientifique du film.

 

Vendredi 3 juin 2011 : " Le bouclier de Bobigny" avec l'archéologue Yves Le Bechennec

En "bonus", un film de 7 minutes présentant l'actualité de la recherche sur la fabrication des bracelets en verre.

 

En octobre : "B... comme Babylone" avec le réalisateur Bernard George.

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2010 5 03 /12 /décembre /2010 12:00

logo CIRAS         

CIN’ARCHEO

 

Le Retour de l'obélisque

 

3 décembre 2010

 

CIN’ARCHEO vous convie à une séance le vendredi 3 décembre (20 h 30) à la DRAC (Salle Robida,
61 rue Saint-Fuscien).
A l’occasion de cette séance sera diffusé un documentaire de 64’ réalisé en 2007 par Samson
Giorgis et coproduit par Yalem Films et Margo films.

 

 

Éthiopie, 1937 : l’envahisseur fasciste décide d’emporter une des oeuvres architecturales03122010photo les plus importantes du pays,
un Obélisque de 23 mètres de
long, vestige d’une civilisation
ancestrale, et l’érige à Rome en
signe de sa toute puissance.
Éthiopie, avril 2005 : sur le bitume du petit aéroport d’Axoum, les Ethiopiens fêtent le retour de l’Obélisque après un long exil forcé.
Éthiopien d’origine, le
réalisateur a souhaité raconter
l’incroyable histoire de ce monument, issu de l’une des dernières grandes civilisations de l’Antiquité. Ce pourrait être l’histoire malheureusement banale des patrimoines pillés par les puissances coloniales au XIXe et XXe siècle. C’est surtout l’histoire d’une mobilisation sans précédent pour le retour de l’Obélisque qui aura été l’occasion pour les Italiens de faire un nécessaire travail de mémoire sur les crimes commis pendant l’époque mussolinienne et, pour les Ethiopiens, de prendre conscience de la nécessité et de la difficulté de s’approprier un élément de leur patrimoine, un des plus riches de l’humanité. Le retour de l’obélisque tire un trait sur les pages les plus noires d’une histoire commune et rend possible un nouveau dialogue entre deux peuples dont la mémoire et la culture sont liées par ce passé qui est très peu connu par le grand public.
Et comme un documentaire laisse souvent des questions en suspens, Samson Giorgis, qui nous fait le plaisir d’assister à cette projection, répondra ensuite aux questions des spectateurs.
Nous vous invitons à venir nombreuses et nombreux.


PROCHAINE SEANCE : 7 janvier 2011

 

CENTRE INTERDISCIPLINAIRE DE RECHERCHES ARCHEOLOGIQUES DE LA SOMME
Correspondance : 5 rue Henri Daussy. 80044 Amiens cedex
mel : francoise.payen7@wanadoo.fr

Partager cet article
Repost0
3 novembre 2010 3 03 /11 /novembre /2010 12:13

logo CIRAS     

    Qui sont les Européens ?

CIN’ARCHEO
5 novembre 2010

 

 

CIN’ARCHEO vous convie à une séance exceptionnelle le vendredi 5 novembre (20 h 30) à la DRAC
(Salle Robida, 61 rue Saint-Fuscien).


D’où venons-nous ? Qui sont les Européens ?
La réponse à ces questions se trouve en grande partie dans le film (90’) réalisé en 2010 par Axel Clévenot : Les Premiers Européens, coproduit par ARTE GEIE, l’Ina, YLE TV1, Images Plus, l’Inrap et CNRS Images.


Le réalisateur nous convie à une odyssée humaine de deux
millions d’années, pendant laquelle l’Europe a connu d’incessantesphoto 112010
migrations. De la Grèce à la Finlande, du Portugal à la Pologne, de
l’Europe centrale aux Iles Britanniques, des hommes venus d’Afrique
ont dû peu à peu conquérir de nouveaux territoires. Mais pour survivre,
il leur a fallu s’adapter. Homo erectus, Homo georgicus, Homo neandertalensis, Homo antecessor et pour finir Homo sapiens qui, il y a 20 000 ans, reste seul en Europe. Désormais, notre continent va progressivement passer d’un monde de chasseurs-cueilleurs nomades à un monde sédentarisé d’agriculteurs et de pasteurs. Ces ancêtres ont laissé un peu partout des preuves de leur passage : ossement humains bien sur mais aussi traces de campement et industrie lithique qui témoignent des mutations technologiques, des transformations économiques et politiques, des évolutions culturelles, symboliques, religieuses et artistiques qui ont façonné les sociétés dont les populations européennes actuelles sont les héritières directes. Le documentaire s’appuie sur les travaux les plus récents de trois grandes disciplines – archéologie, génétique, linguistique – mais également sur ceux de la géohistoire et de la paléoanthropologie. Pour ce projet, Axel Clévenot a associé des chercheurs du musée de l’Homme, du CNRS, de l’Institut national de recherches archéologiques préventives, de l’Institut Pasteur... et des correspondants dans toute l’Europe. Combinant images réelles, images de synthèse et animation, il replace nos « ancêtres » dans leur environnement originel et nous plonge dans une singulière proximité avec ces migrants des temps préhistoriques. Il restitue ainsi, de façon claire et vivante, le dernier état de la connaissance.
Et comme un documentaire laisse souvent des questions en suspens, Axel Clévenot, qui nous fait
le plaisir d’assister à cette projection, répondra ensuite aux questions des spectateurs. Nous vous invitons
à venir nombreuses et nombreux.


PROCHAINE SEANCE : 3 décembre 2010

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2010 7 03 /10 /octobre /2010 12:59

logo CIRAS

 

ARCHEOLOGIE CONTEMPORAINE


CIN’ARCHEO
1er octobre

 

La prochaine séance de CIN’ARCHEO aura lieu le vendredi 1er octobre (20 h 30) à la DRAC (Salle Robida, 61 rue Saint-Fuscien).

 

Les spectres de la grande armée, réalisé en 2004 par Tim Robinson et Olivier Julien, 52'. Décembre 1812 : les derniers lambeaux de la Grande Armée de Napoléon battent péniblement en retraite en direction de Vilnius, la capitale de la Lituanie. Les Cosaques du Tsar Alexandre 1er sont à leurs trousses. Quelques semaines plus tard, quarante mille de ces soldats auront trouvé la mort. Une des fosses communes où leurs corps ont été sommairement ensevelis a été mise au jour en 2003, lors de la construction à Vilnius de nouveaux bâtiments d'habitation sur l'emplacement d'une ancienne caserne de l'armée soviétique. Il s'agit du premier charnier napoléonien découvert à ce jour. Et ce qu'il nous apprend modifie totalement notre compréhension des terribles derniers jours de la Grande Armée. Le film propose de suivre, aux côtés de l'équipe d'archéologues et de scientifiques dirigée par le docteur Rimantas Jankauska, pathologiste à l'Université de Vilnius, l'exhumation et l'analyse détaillée de ces milliers d'ossements. Chaque nouvelle découverte nous plonge dans la dure réalité des derniers jours de ces milliers de soldatscinarcheo 102010 venus de toute l'Europe, mourir pour les rêves de grandeur de l'empereur Napoléon 1er . Elles permettent
de retracer, avec l'aide du romancier britannique Paul
Britten Austin, l'histoire de la retraite de Russie. Au gré des déductions des scientifiques, les nombreuses scènes reconstituées nous font partager l'horreur croissante de ces dernières semaines et découvrir une vérité plus terrible encore.
La véritable histoire du Far West, réalisé en 2007 par Elmar Bartlmae, 52’. Où est donc l’Ouest, le vrai ? Ce documentaire bouscule les clichés en rendant compte de découvertes scientifiques récentes sur le site de Virginia City (Nevada), la ville phare de la ruée vers l’or. Des fouilles minutieuses y sont entreprises par Kelly Dixon, jeune archéologue, avec le concours de Ronald James, conservateur en
chef du musée de l’État du Nevada. Grâce aux objets mis au jour, aux techniques d’identification par l’ADN et à la consultation des archives de la ville, se révèle le vrai visage de Virginia City : celui d’une ville cosmopolite où les étrangers, même de couleur, avaient droit de cité, d’une bourgade aux moeurs évoluées et aux techniques d’extraction minière révolutionnaires pour l’époque, bref d’une cité calme et paisible, industrielle et industrieuse, très loin de la loi du plus fort exaltée par nombre de westerns hollywoodiens. Des coquilles d’huître et des restes de verres à pied attestent même que dans certains saloons, le champagne français n’était pas rare.


PROCHAINE SEANCE : 5 novembre 2010
Les premiers européens en présence du réalisateur

Partager cet article
Repost0
3 juin 2010 4 03 /06 /juin /2010 17:45

logo CIRAS

AO LE DERNIER NEANDERTAL


CIN’ARCHEO
24 juin 2010


Cinema le Gaumont
En partenariat avec le Cinéma Le Gaumont, le CIRAS vous convie à la projection en avant-première du dernier film de Jacques Malaterre “AO LE DERNIER NEANDERTAL”. La projection, qui aura lieu à 20h00 en présence du réalisateur, sera suivie d’une discussion.
Ce film fait suite à la trilogie de documentaires réalisée pour France19445640-r 160 214-b 1 CFD7E1-f jpg-q x-20100510 012753 Télévision (L'Odyssée de l'espèce, Homo sapiens et le Sacre de l'Homme). Il est inspiré du livre de Marc Klapczynski, “Ao l'homme    ancien”. A travers la rencontre entre un Néandertalien (Ao) et d'une sapiens (Aki) retenue contre son gré dans un clan, le réalisateur aborde le thème de la disparition de Néandertal. Il veut également lui donner une vraie dimension humaine, le dotant d'émotions, de générosité et même de solidarité.
Visant le plus large public possible, le réalisateur a fait un casting international.
Le rôle titre d'Ao est tenu par Simon Paul Sutton (un acteur de théâtre anglais) et celui d'Aki par Aruna Shields (une actrice indienne). Les acteurs ont été sélectionnés en fonction de leur capacité à exprimer leur sentiments avec leur corps. En effet les acteurs "parleront" un langage spécifique (le néandertalien !) et les images ne seront pas sous-titrées.
Le film permet de visualiser la vie quotidienne de Néandertal : son habitat dans les abris sous roche mais aussi dans des huttes, la chasse qu'il pratiquait, les sépultures qu'il fabriquait pour ses morts.
Jacques Malaterre s'est adjoint les services de Marylène Patou-Mathis (Directrice de recherche au CNRS) quiao
travaille depuis plus de 25 ans sur l'espèce Homo neandertalensis.
Elle s'est forgé une vraie connaissance sur Néandertal, son mode de vie, sa culture. Elle a ainsi pu apporter une caution scientifique au film pour éviter les erreurs flagrantes. Marylène Pathou-Mathis fervente défenderesse de Néandertal fait remarquer à juste titre que "Néandertal a vécu pendant 300000 ans, sapiens 170000 ans pour l'instant." Il faut donc véritablement considérer Néandertal comme une espèce éteinte mais dont la longévité sur terre est pour l'instant plus élevée que la nôtre.... Pendant plus de 300 000 ans, l'homme de Néandertal règne sur la planète. Il y a moins de 30 000 ans, il disparaît à tout jamais... Son sang coule-t-il encore dans nos veines ?


TARIF REDUIT : 5,50 euros sur présentation de cette circulaire
RDV au Gaumont à 19h45

 

Pour voir la bande annonce et toutes les infos sur le film :

www.ugcdistribution.fr/ao/

Partager cet article
Repost0
1 juin 2010 2 01 /06 /juin /2010 13:25

 logo CIRAS-copie-1
04062010  (cliquez sur le lien)
par association.ciras.over-blog.org

 

Visite à la peinture antique : dans l'atelier de Pierre Antoniucci, de Nora Philippe, suivi d'une discussion avec Nora Philippe et Pierre Antoniucci.

Partager cet article
Repost0
3 mai 2010 1 03 /05 /mai /2010 17:07

logo CIRAS-copie-1

 

ARCHEOLOGIE EXTREME-ORIENTALE

 

 

 

CIN’ARCHEO

7 mai 2010


La prochaine séance de CIN’ARCHEO aura lieu le vendredi 7 mai (20 h 30) à la DRAC (Salle Robida,
61 rue Saint-Fuscien).


Angkor la métropole dans la jungle (réalisé en 2009 par Andreas Sawall, 52'). Les millions de touristes qui visitent chaque année les ruines du site d’Angkor Vat ignorent que le complexe urbain qui l’entourait était sans doute trois fois plus important qu’on l’a longtemps cru. Depuis la redécouverte d’Angkor dans la seconde moitié du XIXe siècle, les archéologues se sont passionnés pour ces constructions gigantesques créées à partir du IXe siècle, les mythes hindous racontés par les basreliefs et la richesse des éléments ornementaux. Après la suspension des fouilles à l’époque des Khmers rouges, les recherches ont repris. Une ambitieuse étude (commencée en 2001, elle prendra fin
en 2010), baptisée Greater Angkor Project, est menée par une équipe d’archéologues cambodgiens, français et australiens. Les chercheurs ont fait appel à la Nasa qui leur a fourni des images satellite : celles-ci ont révélé des réseaux de routes, de canaux d’irrigation et de bassins recouverts depuis longtemps par la jungle. Les fouilles ont été réorientées en conséquence, mettant ainsi au jour notamment l’impressionnant réservoir de Baray qui mesure 8 kilomètres sur deux. Il semblerait que toute l’infrastructure de la métropole ait permis de faire vivre entre 500 000 et un million de personnesangkor5. Le Greater Angkor Project s’intéresse par ailleurs aux raisons qui ont conduit au déclin du site à partir de 1431. Les experts n’hésitent pas à parler d’une catastrophe écologique provoquée par la

surpopulation, la déforestation, l’érosion et l’appauvrissement des sols liés à leur surexploitation. Des phénomènes d’une  inquiétante actualité…


Sur les traces du Bouddha au Pakistan (réalisé en 2007par Ulrike Becke, 52’).

Avec quelque 60 000 gravures et inscriptions vieilles de six mille ans, les parois rocheuses du site de Chilas, le long des rives de l'Indus, au nord du Pakistan, constituent une immense galerie d'art à ciel ouvert. Voie de liaison la plus rapide entre l'Asie centrale et l'Inde, l'Indus était fréquenté
bien avant notre ère par des marchands et des guerriers, mais aussi par des pèlerins et des missionnaires bouddhistes. Les parois rocheuses qui le bordent dans certaines parties de la vallée semblent avoir été une sorte de livre d'or chargé de recueillir la trace de leur passage. Les gravures rupestres et les inscriptions que l'on peut toujours voir dans la pierre, six mille ans plus tard, représentent les figures et les scènes les plus diverses. Une grande partie de ces pétroglyphes fait le récit des vies
antérieures du Bouddha et témoigne de la propagation du bouddhisme dans la vallée de l'Indus. Une équipe de chercheurs de l'université de Heidelberg explore ce trésor depuis une vingtaine d'années. Mais depuis que le gouvernement pakistanais a annoncé son projet de construire un immense barrage sur le cours supérieur de l'Indus, les travaux ont pris l'allure d'une course contre la montre.


PROCHAINE SEANCE : 4 juin 2010

Partager cet article
Repost0
1 mars 2010 1 01 /03 /mars /2010 18:46

 logo CIRASMystères autour de Stonehenge
50310stonehenge (cliquez sur le lien)
par association.ciras.over-blog.org

 

La cité cachée de Stonehenge de Christopher Spencer

Stonehenge, les mystères révélés du néolithique de David Srewart

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de association.ciras.over-blog.org
  • : Diffusion au grand public des résultats de la recherche archéologique, projections de documentaires, conférences, visites de sites et d'expositions, festival du film d'archéologie d'Amiens.
  • Contact

Nouveau site du CIRAS

Le Ciras a maintenant un site Internet pour compléter le blog! Venez nous rendre visite sur

http://associationciras.jimdo.com/

Recherche

cromagnon pt-21

Archives

Les archives du CIRAS

Dans les archives, retrouvez les séances de Cin'archéo, les conférences, les visites d'expositions classées par mois et par années.