Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 avril 2012 1 09 /04 /avril /2012 10:14

MARDI 10 AVRIL (Gaumont)

 SEANCE D'INAUGURATION DU FESTIVAL

 

18h15 : Présentation de l’exposition : “Objets remarquables récemment découverts sur le Canal Seine-Nord”

 

18h30 : spectacle d’ouverture par Arma Temporis : “Les tribulations d'un artisan maudit”

 

 

 

  20 h15  : Autour de la grotte Chauvet


Séance animée par Marc Azéma.

Chercheur associé à l'Unité Mixte de Recherche TRACES (U.M.R. 5608, CNRS-Université de Toulouse Le Mirail-Culture) et au Centre Cartailhac pour la Recherche et l'Etude sur l'Art Préhistorique (CREAP). Depuis 2001, il est membre de l'équipe scientifique chargée d'étudier la grotte Chauvet en Ardèche.

Dès 1990, Marc Azéma s'est spécialisé dans l'étude de l'art pariétal paléolithique, ce qui l'a conduit à obtenir le titre de Docteur en Préhistoire en 2003 à l'université d'Aix-Marseille I (« La représentation du mouvement dans l'art pariétal paléolithique de la France »). Depuis 1995 il effectue des campagnes de relevés d'art pariétal dans plusieurs grottes : Chauvet, Ebbou, Colombier, La Baume-Latrone. Progressivement, il a intégré dans ses travaux les techniques d'infographie 2D et 3D (numérisation tridimensionnelle / scan 3D). Outre cette solide expérience de terrain, Marc Azéma est devenu au fil des ans un spécialiste de la représentation du mouvement dans l'art paléolithique qui vient de se concrétiser par la publication de son dernier ouvrage « La Préhistoire du cinéma - Origines paléolithiques de la narration graphique et du cinématographe » dont la couverture a inspiré l'affiche de ce onzième Festival (en vente sur la table de presse du festival que vous aurez la possibilité de faire dédicacer).

 

 

 

 

 

Marc Azema réalise aussi des films documentaires (3 seront diffusés au cours du festival), des expositions, de l'archivage vidéo (fouilles et étude de grottes ornées) intégrant souvent des séquences de reconstitution en images de synthèse 3D (toutes les périodes de la préhistoire et de l'histoire).


20h15 : Présentation de la séance par Marc Azéma

 

20h20 : La grotte des rêves perdus

 

 

Documentaire de 90' réalisé en 2011 par Werner Herzog (Metropolitan). C'est une grotte immense, protégée du monde depuis 20 000 ans parce que le plafond de son entrée s'est effondré. C'est un sanctuaire incrusté de cristaux et rempli de restes pétrifiés de mammifères géants de la période glaciaire. Pourtant, ce n'est pas le seul trésor que ce lieu unique au monde avait à nous offrir... En 1994, au sud de la France, les spéléologues qui ont découvert la grotte sont tombés, ébahis, face à des centaines de peintures rupestres, des oeuvres d'art spectaculaires réalisées il y a plus de 30 000 ans - presque deux fois plus vieilles que les peintures rupestres les plus anciennes découvertes jusqu'alors. Ces dessins, ces oeuvres, ces témoignages exceptionnels ont été créés à l'époque où les hommes de Néandertal parcouraient encore la Terre, en un temps où les ours des cavernes, les mammouths et les lions étaient les espèces dominantes sur notre continent. Depuis, seules quelques très rares personnes ont été autorisées à pénétrer dans la grotte, et ses chefs-d'oeuvre sont restés à l'abri des regards - jusqu'à ce que Werner Herzog obtienne l'autorisation d'y réaliser un documentaire d'exception. Avec ses caméras 3D, Herzog a capté toute la beauté de ces merveilles dans l'un des sites les plus grandioses qui soit. Dans un saisissant voyage visuel, il nous entraîne à la rencontre de nos très lointains ancêtres, à la découverte de la naissance de l'art, de la symbolique puissante des lieux et des étranges personnes qui vivent aujourd'hui dans les environs.

 

 

 

 

456.JPG

  21h55 : Intervention Marc Azéma axée sur l'aspect scientifique des peintures

 

Lien : http://www.grotte-chauvet.org/

 

 

22h10 : La 3D révèle les secrets de la grotte Chauvet

Documentaire de 13'30 réalisé et produit en 2011 par Philippe Psaïla et Pedro Lima. Le modèle 3D de la grotte Chauvet a été réalisé par le Cabinet Perazio à la commande du SMERGC (Syndicat mixte de l'espace de restitution de la grotte Chauvet, regroupant le CG07 et la région Rhône-Alpes) en vue de la réalisation d'un facsimilé (Espace de restitution). Ce reportage en trois parties explique et illustre comment a été réalisée la numérisation de la cavité et ses 425 peintures d'animaux (volumes et dessins), conduisant au modèle numérique fidèle, en 3D, de la cavité, qu'il est alors possible d'étudier et de manipuler à souhait. La possibilité de réaliser à partir de ce modèle 3D des images d'une grande précision, avec des angles de vue et un éclairage impossibles à obtenir dans la vraie grotte, a été mise à profit par le photographe Philippe Psaïla, avec l'appui de l'équipe du Cabinet Perazio. 

 

Présentation du film par Philippe Psaïla et Pedro Lima

 22h15 : projection

22h30 : Intervention Guy Perazio, géomètre-expert qui s'est vu confier, dès 1997, par le Ministère de la Culture, la mission de réaliser, dans des conditions extrêmes, le relevé de la cavité et des abords puis sa restitution en trois dimensions.

 

  Lien : http://www.culture.gouv.fr/fr/arcnat/chauvet/fr/perazio.htm

 

 

22h40 : La grotte Chauvet Pont d'Arc restituée

 

 

Présentation du film par Christian Tran ?

22h45 : projection

22h53 : Intervention Christian Tran ou Marc Azéma sur l'espace de restitution et la candidature Unesco.

 

Lien : http://www.grotte-chauvet.org/

 

23h10 : Cosquer, sauvée des eaux


 Documentaire de 19' réalisé en 2011 par Juliette Lambot, René Heuzey et Vincent May (France Télévisions). La mer monte… réchauffement climatique oblige… et même dans le sud de la France, centimètre après centimètre, elle gagne du terrain. Elle risque d’engloutir à tout jamais un trésor préhistorique situé à quelques kilomètres de la ville de Marseille, au coeur des calanques : la grotte Cosquer. Luc Vanrell et Michel Olive, sont des privilégiés, ils font partie des rares scientifiques autorisés à y pénétrer. La plongée est technique, stressante mais incontournable pour avoir accès à l’antre de nos ancêtres et découvrir les incroyables dessins, pochoirs, et gravures laissés par ces homo sapiens comme nous, il y a quelques 30 000 ans de cela. Pour garder la mémoire de ce lieu unique, le Ministère de la Culture a décidé de le mémoriser en le numérisant en 3D. Mais prendre des mesures et recueillir des informations dans un tel endroit relève de l’aventure, une aventure qui commence à 37 mètres sous la mer en remontant un long boyau immergé de 150 mètres de long.

  

Présentation téléphonique du film par Juliette Lambot

 23h13 : projection

 

Lien : http://www.culture.gouv.fr/culture/archeosm/fr/fr-medit-prehist.htm

 

 

23h32 : Le mystérieux galet d'Etiolles


etiolles2.JPG

 

Documentaire de 13' réalisé en 2012 par Marc Azéma (Arpe, Passé Simple). À 30 km au Sud de Paris, une banlieue au bord de la Seine : Etiolles. En 1972, la découverte de vestiges de sols d’habitats parfaitement conservés, dans un champ de maïs en bordure de la route, va bouleverser nos connaissances sur la vie des Magdaléniens, ces chasseurs préhistoriques qui arpentaient l’Europe il y a 13 000 ans. Les fouilles de débutent en 1975 mais il faut attendre jusqu’en 2000 pour découvrir l’une des rares traces d'activité artistique : un gros galet de rivière couvert de fines gravures. Cette oeuvre unique de l'art préhistorique d'Ile de France est analysée minutieusement. Au terme de l’année 2011, à force de ténacité et grâce à l’apport de la technologie 3D (scanner laser), le galet est enfin décrypté et nous fait pénétrer dans l’imaginaire de lointains ancêtres.

 

Présentation du film par Marc Azéma

 23h35 : projection

 

Lien : http://www.hominides.com/html/lieux/etiolles-site-prehistorique-magdalenien.php

 

 

23h48 : L’art des Cavernes révélé


art-des-cavernes.JPG

Documentaire de 16' réalisé en 2009 par Marc Azéma et Gilles Tosello (Passé Simple, Conseil Général de l’Ariège). Ce film, visible dans le cadre du parc de la préhistoire deTarascon-sur-Ariège, présente au public l'art des cavernes. Il évoque les premières découvertes des grottes ornées à la fin du XIXe siècle et la polémique autour de leur attribution chronologique qui suivit. Ce documentaire aborde aussi les nombreuses interprétations proposées par les spécialistes depuis plus d'un siècle : art pour art, magies de la chasse, symbolisme binaire, chamanisme... C'est l'occasion également de découvrir les techniques d'étude, de relevé et de datation du premier art de l'humanité.

 

Présentation du film par Marc Azéma

 23h51 : projection

0h17 : Intervention Marc Azéma

 

  Lien, : http://www.hominides.com/html/art/art_parietal.php

 

 

0h30 : fin de la séance

Partager cet article
Repost0
2 avril 2012 1 02 /04 /avril /2012 23:18

124 (4) 

 

Actualités archéologiques internationales : mars 2012

 

Pour voir le document PF cliquez ici

 

Ce mois-ci....

 

Demuin.

Depuis deux mois, une dizaine d'archéologues étudient 5000 m² d'une occupation rurale carolingienne à laquelle succède un château.

Capture.JPGdemuin.JPG

 

Deux sites gaulois remarquablement bien conservés ont été mis au jour au nord de Quimper, avant l’aménagement d’une zone commerciale. La fouille, réalisée sur deux zones d’une superficie totale de 3,5 hectares, pendant 6 mois, permet d’envisager l’existence de deux exploitations agricoles.

quimper.JPG

 

Découvertes au coeur de la cité de Mari, métropole mésopotamienne le long de l’Euphrate (Syrie). avec Pascal Butterlin, professeur à l’Université de Paris I.
Le Salon Noir du 28/03/2012

mari

Partager cet article
Repost0
1 avril 2012 7 01 /04 /avril /2012 18:07

La légion romaine en route pour Samara!

 

0039

 

 

 

0021

 

 

Partager cet article
Repost0
1 avril 2012 7 01 /04 /avril /2012 10:03

 

La lettre du festival du film d'archéologie d'Amiens n° 17

 

affiche 2012Dernières nouvelles :

 

*Nouveaux intervenants : Bernard David-Cavaz réalisateur du film « 2000 ans d'histoire du site archéologique de Saint-Laurent à Grenoble ». Gaelle Cavalli, animatrice de l'architecture et du patrimoine, pour le film « Le théâtre de Mandeure il y a 2000 ans ». Renée Colardelle, coordinatrice de la rénovation scénographique pour la réouverture du musée de Grenoble. Jean-Noël Duru, scénographe, pour le film « 2000 ans d'histoire du site archéologique de Saint-Laurent à Grenoble ».

S'est désistée : Dominique baffier conservateur de la grotte Chauvet

 

 

.*Nous avons reçu le catalogue du Festival. Cliquer ici

 

*Le lycée de La Hotoie a terminé la bande annonce du Festival. Merci aux élèves qui ont planché sur le sujet.

 

 

 

*A l'occasion du festival, Françoise à peint des verres avec des motifs issus de l'art pariétal. Ils seront offerts à nos invités ou vendus au profit du festival

DSC00546.JPG

 

DSC00547.JPGDSC00548.JPG

*Le jury du collège d'Airaines (prix du court-métrage) délibèrera le 3 avril.

 

Le jury du Festival commence ses travaux ce lundi 2 avril jusqu'au 6 avril.

 

Nous vous invitons à parler du Festival autour de vous et à y inviter vos connaissances !

 

vetements-lunettes-00002.gif

Ne pas oublier de se munir de lunettes 3D pour la séance d'inauguration.

Partager cet article
Repost0
1 avril 2012 7 01 /04 /avril /2012 09:23

Festival du film d'archéologie d'Amiens

 

J-10!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

affiche 2012

 

Le programme

Partager cet article
Repost0
31 mars 2012 6 31 /03 /mars /2012 23:10

journaux012Article du Courrier picard du dimanche 25 mars 2012

 

Dans la Somme, de nombreux sites gallo-romains et préhistoriques sont encore à mettre en valleur pour créer un jour une vallée de l'archéologie.

 

Lire tout l'article

Partager cet article
Repost0
26 mars 2012 1 26 /03 /mars /2012 00:39

 

 

image transport 021

Des Gaulois au chocolat

Excursion à Paris dimanche 25 mars 2012

 

Départ en car au cirque d'Amiens à 7h30.

boisson-cafe-the-34.gifArrivés à la cité des sciences à La Vilette, un petit café, et visite de l'exposition sur les Gaulois.

 

 

DSC08700

 

DSC08701

 

DSC08704

DSC08707

asterix10

 

DSC08709/DSC08710DSC08714

Les fouilles

 

DSC09942DSC09956

Des jeux interactifs..;

 

DSC08712DSC08723

Des reconstitutions

 

DSC00009DSC09983.JPG

La plaque boucle de Paillart et une lame de Ribemont sur Ancre

 

DSC00001DSC00015DSC09985

 

DSC00029DSC00034

Une exposition très riche et très pédagogique!

 

alimentation-repas-5.gif

 

Il est l'heure d'aller manger...

 

 

 

 

 

 

On a de la chance, il fait un temps magnifique! presque une journée d'été!!! Avant de repartir, une petite pause au soleil, avec vue sur la Géode...

DSC00052

 

... et les poissons!

DSC00059DSC00077

 

Il est temps maintenant de rejoindre le car pour repartir vers le musée du chocolat boulevard de Bonne nouvelle.

 

DSC00095DSC08698

DSC00097.JPG

index.jpg

Et nous voilà dans la caverne d'Ali baba!!! Pas loin du Grand Rex.

DSC00205-copie-1.JPGDSC07833

 

Le musée n'est pas connu mais il vaut le détour!!!

Dégustation à l'entrée....

 

On commence par l'histoire du chocolat chez les Aztèques. La récoltele traitement des fèves de cacao...

DSC07842DSC07862 - Copie

 

DSC07872La déesse du chocolat

 

DSC00101

 

DSC07911DSC07920

 

DSC07929DSC07932

 

A l'étage, c'est la découverte du chocolat grâce à Christophe Colomb. Le chocolat remporte un grand succès à la cour. Marie Antoinette se fait faire des tasses exprès!

DSC00148

 

Tout au long de la visite des petites vitrines avec des playmobiles retracent les étapes de l'histoire du chocolat.

DSC07946DSC07967

DSC00157DSC00165DSC00183

 

Les chocolatières apparaissent, avec le bâton en bois pour faire mousse.

On fabrique des tasses exprès pour boire le chocolat!

DSC00159DSC00162

 

Et même une tasse "moustache" avec un rebord pour que les messieurs gourmands ne se trempent pas la moustache dans le chocolat!!! Il fallait y penser!!!

boisson-cafe-the-33.gif

On continue avec les affiches de publicité

DSC00176DSC00178

 

les moules, les premières chocolateries....

DSC07998DSC08007

 

Et maintenant la démonstration!!!!! Tout le monde est attentif!!

DSC00190

 

DSC00191DSC00194

 

DSC00196

Et une petite dégustation pour terminer!

 

Des robes à croquer!!!

DSC00198DSC00202DSC07975

 

La visite se termine par un chocolat chaud!

imageschoco2

Pour en savoir plus....quelques liens!

 

Pour voir toutes les photos, cliquez sur le lien de l'album

Photos les Gaulois et Chocostory

 

Notre article

 

Le site du musée du chocolat

 

Le film projeté à l'assemblée générale du Ciras en février


Partager cet article
Repost0
25 mars 2012 7 25 /03 /mars /2012 23:24

 

affiche 2012La lettre du festival du film d'archéologie d'Amiens n° 16

 

Dernières nouvelles :

 

*Voici la liste actualisée des réalisateurs et archéologues qui ont annoncé leur venue au Festival, les premiers pour présenter leur film avant leur projection, les seconds pour répondre aux question des spectateurs après. Voilà qui nous promet de riches éclairages sur les sujets qui seront développés. Il faudra bien sûr prendre en compte les éventuelles « défections de dernière minute et la possibilité de nouveaux intervenants d'ici le festival.

 

 

A l'heure où nous écrivons ces lignes, ont d'ores et déjà annoncé leur participation.

 

Parmi les réalisateurs : Catherine Adda, Fulvia Alberti, Marc Azéma, Yves Bourgeois, Sophie Cattoire, Axel Clévenot, Pénélope de Bozzi, Claude Delhaye, Bernard Férié, Pietro Galifi, Guillaume Hecht, David Geoffroy, Baudouin Koenig, Juliette Lambot, Christine Le Goff, Matthieu Lemarié, Pedro Lima, Stacey Mannari, Mathieu Pradinaud, Olga Prud'homme Farges, Nicolas Jouvin, Philippe Psaïla, Thierry Ragobert, Paul Rambaud, Luc Ronat, Philippe Tourancheau et Laurent Védrine.

 

Et parmi les chercheurs : Sophie Aspord-Mercier, docteur en histoire de l'Art et Archéologie, Marc Azéma, membre de l'équipe scientifique de la Grotte Chauvet, Dominique Baffier, conservateur de la grotte Chauvet , Philippe Brissaud, Directeur de la Mission Française des Fouilles de Tanis, Jean Brodeur, Chargé d'opération, Inrap, Yann Brun conseiller sûreté à la Direction Générale du patrimoine du Ministère de la Culture, Emilie Claud, tracéologue (Inrap), Elisabeth David, chargee d'études documentaires au Musee du Louvre, membre de la mission du Louvre à Mouweis, Sandra Greck, co-responsable de la fouille d'Arles, Dominique Grimaud-Hervé, palaoanthropologue au museum national d'histoire naturelle de Paris, Catherine Hänni, Laboratoire paléogénétique et évolution moléculaire, CNRS, ENS Lyon (Institut de génomique fonctionnelle de Lyon – IGFL), Etienne Jaxel-Truer, architecte et concepteur 3D, Marie Ange Landais, Conservatrice du Musée d’archéologie & d’histoire de Blay, Jean-Luc Locht, Chargé d'opération, Inrap, Sébastien Minchin, directeur du Museum de Rouen, Gilbert Pémendrant, propriétaire de la grotte ornée de Bernifal et Guy Perazio, expert en numérisation 3D.

 

*Nous avons reçu les affiches, les dépliants-programme et les invitations. Ces deux derniers sont disponibles à l'accueil de la DRAC de Picardie ou sur simple demande à : tahar.benredjeb@culture.gouv.fr.

 

*Le jury du festival décernera cinq prix :

le Grand Prix du Festival doté d'une somme minimum de 5000 euros,
alimenté par GRTGaz, KOGEBAN et une souscription qui sera lancée auprès des
spectateurs durant le festival)

le Prix de la DRAC de Picardie de 2500 euros, attribué au meilleur film
consacré à l'archéologie métropolitaine,

le Prix Jules Verne -Amiens Métropole (1500 euros), attribué au film
faisant ressortir le mieux l'aspect aventure humaine de l'archéologie,

le Prix GRTgaz "archéologie et partenariat industriel" (1500 euros),
attribué au documentaire dans lequel les relations entre le monde
industriel et les fouilles archéologiques sont le mieux mises en valeur,

le Prix du Conseil général de la Somme (1000 euros) attribué au meilleur
court-métrage par un jury composé d’une quinzaine d’élèves du Collège
d’Airaines

jury1.jpgMembres du jury :


Sous la présidence de Bruno Bréart, conservateur général du patrimoine,
Jean-Louis Bernard, archéologue à l’Institut National de Recherches
Archéologiques Préventives
Karine Berthier, service archéologie d'Amiens Métropole
Fanny Burillon, enseignante à la cité scolaire Lamarck (Albert)
Nicole Payen, présidente de l’association du Petit Patrimoine Picard,
Blaise Pichon, maître de conférence, Université Blaise
Pascal-Clermont-Ferrand II,
Philippe Richard, animateur de l’atelier audiovisuel d’Ailly-sur-Noye,
Yoann Zotna, directeur du Centre archéologique départemental de
Ribemont-sur-Ancre.

 

*Nous avons désormais l'ensemble des préfaces et avant-propos des membres du comité de parrainage du Festival. Ce qui va nous permettre de déposer le catalogue à l'imprimeur dès ce lundi.

 

 

Préface

 

fm.jpg*Les œuvres de Lascaux, d’Altamira, du Roc-aux-Sorciers constituent avec la grotte de Chauvet-Pont d’Arc, les exemples les plus fameux de l’art pariétal du Paléolithique supérieur européen. Parmi elles, les peintures de l’époque aurignacienne de Chauvet, découverte en 1994, sont tout à fait remarquables et fascinantes, car elles sont les plus anciens joyaux paléolithiques de l’art rupestre connus à ce jour, vieilles 36 000 ans. C’est toujours une émotion esthétique intense qui nous accapare dans ces hauts sites de notre humanité première, qui nous interroge, qui nous met également en communication, en « amitié » comme disait Bataille à propos de Lascaux, avec ces hommes de la préhistoire.

En ce début d’année 2012, Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l’Écologie et du Développement durable, et moi-même, avons décidé de proposer au nom de la France la grotte Chauvet-Pont d'Arc à l’inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO au titre des biens culturels. Il s’agit là d’une décision historique qui constitue une étape majeure pour ce projet, porté par la Région Rhône-Alpes et le Conseil général de l'Ardèche, en lien avec l’Etat et l’Association pour la mise en valeur de la grotte Chauvet – Pont d’Arc.

Je me réjouis donc que l’époustouflant documentaire de Werner Herzog, La Grotte des rêves perdus, immersion en trois dimensions dans la grotte de Chauvet, vienne inaugurer le Festival de film d’Archéologie d’Amiens. À travers cette rencontre du cinéma et de l’archéologie dont le festival s’est fait une spécialité, c’est l’histoire des hommes, des sociétés et des civilisations dont nous sommes issus, qui nous est donnée à voir. Je tiens à saluer le travail de Tahar Ben Redjeb, le directeur du festival et toute son équipe, pour la qualité de la programmation de cette onzième édition, à laquelle je suis heureux, une fois de plus, d’accorder mon patronage. Frédéric Mitterrand, Ministre de la Culture et de la Communication.

jc.jpgLa grotte Chauvet, découverte en décembre 1994 par trois spéléologues se range dès à présent parmi les sanctuaires les plus importants et les plus originaux connus dans l’art franco-cantabrique. Plus de 420 représentations animales ont déjà été recensées par l’équipe scientifique. Cela en fait l’une des grottes paléolithiques les plus abondamment décorées en Europe. Les techniques utilisées sont remarquablement élaborées : recherche fréquente d’effets de perspective ; mise en œuvre de l’estompe pour donner des effets de relief ; détourage de certains animaux pour en accentuer les contours ; préparation par raclage de certaines parois. Cela présente d’autant plus d’intérêt que l’art de la grotte Chauvet est beaucoup plus ancien que celui de Lascaux, plus de 35 000 ans, ce qui change nombre de conceptions sur l’évolution de l’art pariétal. Dorénavant, il n’est plus possible de considérer que cet art s’est développé à partir de débuts frustes et grossiers et a connu une évolution linéaire. Il est plus probable d’envisager des apogées et des déclins nombreux, et la coexistence dans des régions différentes, à la même époque, de formes d’art très évoluées et d’autres qui l’étaient beaucoup moins. L’équipe scientifique a publié plusieurs livres : J. Clottes (dir.), 2001 (2010) : « La Grotte Chauvet. L’Art des Origines », Paris, Le Seuil. J. Clottes et M. Azéma, 2005 : «  Les Félins de la grotte Chauvet ». Paris, Le Seuil. B. Gély et M. Azéma, 2005 : « Les Mammouths de la grotte Chauve ». . Paris, Le Seuil. J.-M. Geneste (dir.), 2005 : « Recherches pluridisciplinaires dans la Grotte Chauvet ». Journées SPF, Lyon, 11-12 Octobre 2003, Société Préhistorique Française, Travaux 6. En 2012, la France demande à l’UNESCO de placer Chauvet sur la Liste du Patrimoine mondial. Jean Clottes, directeur de l’équipe scientifique de la grotte Chauvet.

images.jpgmd.jpg*La sous direction de l'archéologie se réjouit de l'organisation de cette nouvelle édition de ce festival du film d'archéologie d'Amiens, devenu une référence dans le domaine et à ce titre très attendu par l'ensemble de la communauté scientifique mais également par le grand public. La qualité du programme proposé témoigne une fois de plus du fort investissement de ses organisateurs et de leur souci d'offrir un spectacle combinant plaisir et diffusion de savoir. Nul doute que le public répondra de nouveau présent à ce rendez vous, chacun pouvant constater son intérêt jamais démenti pour le patrimoine archéologique.Toutefois, comme l'a souligné Francesco Bandarin, sous-directeur général de l’UNESCO pour la culture : « Le patrimoine archéologique est une espèce menacée. » Cette menace se présente malheureusement encore trop souvent sous la forme de pillages réalisés au moyen des détecteurs de métaux, en dehors bien entendu de toute autorisation. Or une telle utilisation de détecteurs de métaux par un public non formé en archéologie constitue une réelle menace pour le patrimoine car cette pratique entraîne la multiplication de trous dans le sous-sol, réalisés par des personnes non expérimentées et sans aucun repérage sur le plan de la stratigraphie. Elle cause également des dommages irréparables au terrain archéologique car les détecteurs permettent d’atteindre des profondeurs de 30 à 50 cm et donc de remuer des quantités de terre importantes. En outre, cette pratique est le plus souvent le résultat d’initiatives isolées alors que de véritables fouilles doivent être le travail d’une équipe pluridisciplinaire et non d’un seul individu. Conscient de ce péril, le ministère de la culture et de la communication multiplie les actions de sensibilisation et de pédagogie afin d'informer chacun sur les dangers d'une telle pratique non encadrée. Sans oublier non plus le volet répressif car de tels comportements constituent des infractions, lesquelles à ce titre doivent être poursuivies et sanctionnées. Je formule le vœu que le succès de ce festival contribue à l'action pédagogique engagée et permette à chacun de mieux prendre conscience de la richesse du patrimoine archéologique et de la nécessité de laisser le soin à des professionnels de l'étudier et de le conserver dans l'intérêt général. Marc Drouet, sous-directeur de l'archéologie.

 

*L’Inrap, partenaire du Festival du film d’archéologie d’Amiens

index.jpjpj.jpgDepuis plusieurs années, l’Institut national de recherches archéologiques préventives soutient le Festival du film d’archéologie d’Amiens.

La production documentaire est en effet un outil privilégié de médiation ; l’institut y consacre des moyens significatifs, au titre de missions de diffusion de la connaissance. Ainsi, depuis 2005, l’Inrap a suscité ou s’est associé à la production de dix longs métrages documentaires, trente courts et dix films d’animation. En outre, l’institut produit régulièrement des reportages pour son site Internet qui en propose aujourd’hui plus de cent vingt.

Parmi les réalisations les plus significatives, on peut citer : Vercingétorix de Jérôme Prieur, L’autoroute à remonter le temps de Stéphane Bégoin, Reims la romaine de Jean-Paul Fargier, Les Premiers Européens d’Axel Clévenot, L’archéologue et le bulldozer d’Alexandre Auque et Sylvie Briet, Les fouilleurs de Juliette Senik, Le Déjeuner sous l’herbe de Laurent Védrine, Les esclaves oubliés de Tromelin de Thierry Ragobert, La route des amphores de Nicolas Jouvain, la série « Les Sciences de l’archéologie » de Pascal Magontier et Hugues de Rosière, ou les films d'animation Les experts de l’archéologie de Joris Clerté, Marc Chevalier, Pierre-Emmanuel Lyet.

De nombreux projets sont en production : Le canal des ch’tis de Philippe Fontenoy, Le tombeau de l’URSS de Jean-Paul Fargier, Le crâne de Descartes d’Axel Clévenot, Le camp du Dauphin de Laurent Marmol et une série thématique produite programmée par Arte en 2103.

Enfin, pour différents contextes de médiation, l’Inrap produit des documents pédagogiques : sur les méthodes de l’archéologie ou ses métiers… dont une sélection est distribuée par l’Adav.

La diffusion de ces productions sur différentes antennes permet d’atteindre un public important ; le Festival du film d’archéologie d’Amiens est un contexte privilégié pour leur présentation. Jean-Paul Jacob, Président de l’Inrap.

 

Avant propos

 

mdpref.jpgGérer, protéger et étudier le patrimoine archéologique font partie des missions essentielles de la direction régionale des affaires culturelles de Picardie. Remettre en perspective, faire partager au grand public et valoriser les multiples découvertes exhumées du sol picard constituent un autre aspect non moins fondamental de l'activité des différents acteurs de l'archéologie. Les possibilités pour le grand public de plonger aux sources de son histoire sont multiples : journées porte-ouverte sur les chantiers de fouilles, journées régionales ou nationales de l'archéologie, expositions et conférences rythment la vie culturelle picarde. Le Festival du Film d'Archéologie d'Amiens, avec sa programmation riche, variée et accessible au plus grand nombre, constitue l'une des vitrines d'une science exigeante. Les films sélectionnés, les possibilités de rencontre conviviales avec des réalisateurs et des chercheurs nous permettent de plonger aux origines de l'humanité et de se nourrir des multiples apports des civilisations passées. Cette onzième édition du Festival bénéficiera du soutien technique et financier habituel de l'Etat et je lui souhaite un plein succès. Michel Delpuech, Préfet de la Région Picardie, Préfet du département de la Somme

 

.C’est toujours un grand plaisir de découvrir la programmation du Festival du film archéologique d’Amiens. Et la onzième édition est à la hauteur des précédentes. De Néandertal aux esclaves oubliés de Tromlin, en passant par Lapérouse, dont l’expédition préoccupa Louis XVI jusqu’au pied de la guillotine, vous découvrirez les toutes dernières hypothèses sur l’évolution de l’Homme, de ses sociétés, de ses rites. Vous irez de découvertes en découvertes. Une jeune fille prêtre dans le Pérou antique ? Etonnant. L’Atlantide de l’âge de pierre, ou comment le réchauffement climatique et la montée des eaux du mésolithique a englouti une civilisation bien plus avancée que l’on ne le croyait, là se trouvent aujourd’hui Manche et Mer du Nord. Prémonitoire ? La chute de Leptis Magna, vitrine de Rome en Afrique. Tremblement de terre, invasion, ensablement ? Vous voyagerez dans le temps, et dans l’espace : dans l’incontournable Egypte, au pays des Mayas et des Aztèques, en Italie, au Cambodge … La Picardie, riche de ses 10 000 sites archéologiques, et qui vit naître et travailler deux maîtres de l’archéologie, Jacques Boucher de Perthes, et Roger Agache, récemment disparu, n’est pas oubliée : ses cathédrales sont au centre d’un fort beau documentaire. Films, rencontres avec chercheurs et spécialistes, permettent une vulgarisation intelligente des diverses facettes de la science archéologique. La culture, la connaissance pour tous a toujours été une priorité, pour la Région ; le festival du Film archéologique d’Amiens est en parfaite cohérence avec cet objectif, puisqu’il permet de découvrir, d’approfondir, sans débourser un euro, et qu’il est décentralisé sur tous les territoires picards jusqu’à la fin de l’année. Bon festival à toutes et à tous ! Claude Gewerc, Président du Conseil régional de Picardie Claude Gewerc, Président du Conseil régional de Picardie.

 

manable.jpgL’effet Acheuléen. Je n’ai de cesse de le répéter : nous pouvons être fiers de notre département ! Et pour le sujet qui concerne cette préface, comment ne pas l’être ? Des hommes illustres ont en effet honoré la Somme et l’ont fait connaître dans le monde entier, au travers de leurs découvertes archéologiques… Ils le firent d’ailleurs fort modestement. Il y eut Casimir Picard qui fit, le premier, la distinction entre haches de pierres polies et haches de pierres taillées. Au sein de la société d’émulation dont il fait partie, Il initie d’autres membres dont un haut fonctionnaire des douanes… Il s’agit de Jacques Boucher de Crèvecoeur de Perthes, considéré, de manière unanime, comme le fondateur de la science de la Préhistoire. Il y eut également Roger Agache, pionnier de l’archéologie aérienne, qui fit progresser les recherches sur les gaulois mais aussi les gallo-romains. Il mit notamment à l’honneur le sanctuaire situé à Ribemont sur Ancre ; ce site abrite désormais le Centre archéologique qui bénéficie d’une reconnaissance internationale, en matière d’étude des religions celtiques et gallo-romaines. Le Conseil général a d’ailleurs à l’étude, avec le Centre archéologique, la mise en valeur de ce qui constitue une véritable Vallée de l’archéologie, entre Samara et Ribemont sur Ancre ; cette dernière enrichirait le Grand Projet Vallée de Somme, lui-même relié au Grand Site de France que constitue désormais la Baie de Somme, le littoral et son arrière pays. Nous sommes à pied d’œuvre pour harmoniser et mettre en valeur les découvertes effectuées par des femmes et des hommes passionnés d’histoire. Une vie archéologique riche, une Baie préservé et labellisée, des projets de développement durable et résolument tournés vers l’avenir… Oui, comment ne pas être fier de notre département et de son histoire ? Cette histoire qui nous rassemble aujourd’hui autour de ce qui nous forgea et autour d’une culture commune universelle. Christian MANABLE Président du Conseil général de la Somme Texte Manable

 

demailly.jpg* L’archéologie est le trait d’union entre notre passé et notre présent. A Amiens métropole, nous avons su le comprendre.

Cette année, nous avons créé un nouveau service d’archéologie préventive qui semblait essentiel pour concilier aménagement et archives de nos sols. Avec une histoire riche, depuis la préhistoire, en passant par la Gaule, les vestiges romains ou encore le dynamisme commercial du Moyen-Age, nous avons beaucoup à découvrir sur notre territoire. Ce service public nous l’avons souhaité local pour être au plus près des projets d’urbanisme tout en restituant les découvertes à la population. Fidèle à mon souhait émis lors de l’édition précédente, je me réjouis de voir ce nouveau service participer au jury du festival.

  Les premières fouilles ont débuté à la citadelle cet automne et sont déjà pleines de surprises. La surprise, c’est ce que réserve souvent cette science qu’est l’archéologie. De découvertes en découvertes, c’est une aventure humaine qui se construit, autour d’expériences passées. C’est cette passion, cet esprit aventurier qu’Amiens métropole souhaite souligner à travers le prix Jules Verne dont elle a doté l’évènement.

Lors de cette 11ème édition,  le festival se penchera sur la Grotte Chauvet pour soutenir l’inscription du site au patrimoine mondial de l’UNESCO. Ce label est une référence. Il permet notamment de préserver le patrimoine historique, comme nous le faisons avec nos partenaires pour la cathédrale d’Amiens ou son beffroi. Nous soutenons, au même titre, l’inscription, portée par le Conseil général, des sites de la Grande Guerre à ce même patrimoine.

Je souhaite à tous les passionnés d’histoire, aux curieux, aux amateurs de la découverte de se rendre nombreux à ce festival en accès libre. Gilles Demailly, Président d’Amiens Métropole.



Partager cet article
Repost0
22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 19:36

journaux012

 

Compiègne : deuxième vie pour le chêne de 400 ans

(Courrier Picard, 21 mars 2012)

 

chalan.JPG

Une autre vie attend le chêne du Puits des Chasseurs, abattu en début d'année en forêt de Compiègne. Ce chêne sessile âgé de 400 ans et d'une hauteur de 36 mètres, pour un poids de 15 tonnes, acheté par la scierie Sylvabois, va servir à la construction d'un chaland gallo-romain par un chantier d'insertion.

La grume est d'ailleurs déjà sur le site du chantier naval à Pont-Rémy, près d'Abbeville ; site de la découverte de vestiges d'un chaland.. cliquez ici pour lire la suite.

 

Vidéo : JT de FR3 Picardie du 28/03/12

Partager cet article
Repost0
22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 18:31

journaux012

 

Samara : Réouverture du parc préhistorique le 25 mars 2012

(Hominidés.com, 20/33/2012)

 

Le parc de Samara ouvre ses portes le 25 mars pour la saison 2012 SamaraSAMARA, c’est le nom gaulois du fleuve Somme qui traverse le département et qui donna son nom en 20 après J.-C. à la ville d’Amiens : SAMAROBRIVA « le pont sur la Somme ».

SAMARA, c’est aujourd’hui un archéosite avec des expositions qui retracent l’évolution de l’homme et de son environnement depuis 600 000 ans dans la Vallée de la Somme.... cliquez ici pour lire la suite.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de association.ciras.over-blog.org
  • : Diffusion au grand public des résultats de la recherche archéologique, projections de documentaires, conférences, visites de sites et d'expositions, festival du film d'archéologie d'Amiens.
  • Contact

Nouveau site du CIRAS

Le Ciras a maintenant un site Internet pour compléter le blog! Venez nous rendre visite sur

http://associationciras.jimdo.com/

Recherche

cromagnon pt-21

Archives

Les archives du CIRAS

Dans les archives, retrouvez les séances de Cin'archéo, les conférences, les visites d'expositions classées par mois et par années.